• 960
  • slider2014
  • grand-prix
  • public
  • berberian2
  • court
  • next
  • berberian
  • exaequo1
  • jeunes

LES RENCONTRES DU FANTASTIQUE

ORGANISÉES EN PARTENARIAT AVEC LE CONSEIL RÉGIONAL DE LORRAINE
AU GRAND HÔTEL & SPA, SALLE FANTASTIC’ART  et AU CINEMA DU CASINO

Le Festival International du Film Fantastique de Gérardmer en partenariat avec le Bureau d’Accueil des Tournages de la Région Lorraine souhaitent chaque année favoriser les échanges entre acteurs économiques et artistiques du cinéma et le grand public. C’est dans cette optique qu’ont été créées les Rencontres du Fantastique, moments d’échanges et de débat sur des questions d’actualités.

LE FANTASTIQUE DES EFFETS VISUELS
En partenariat avec la Commission Film Ile de France & Parissfx
AU CINEMA DU CASINO

Dès l’origine et les premiers films à trucs de Georges Méliès, le cinéma fantastique a fait appel aux techniques de l’illusion et de la prestidigitation. Au fil des années, le genre a évolué en même temps que les techniques de plus en plus sophistiquées développées par les talents des effets spéciaux, dont le champ des possibles s’est considérablement ouvert depuis l’émergence de ce qu’on appelle communément la création numérique. Lors de cette conférence, des réalisateurs et des superviseurs effets visuels (VFX) évoqueront leurs relations créatives et la manière dont la technologie a pu avoir une influence sur l’évolution du genre.

Modérateur : Yann Marchet @ymarchet
Yann Marchet est Directeur Marketing & Communications de la Commission du Film d’Ile-de-France (www.idf-film.com), un organisme de la région Ile-de-France chargé de développer l’activité de production cinématographique et audiovisuelle en Ile-de-France. Il est également en charge du programme et de l’organisation de Parisfx (www.parisfx.fr), un événement dédié à la création numérique. Il a par ailleurs réalisé plusieurs documentaires et portraits d’acteurs et de réalisateurs.

Il sera entouré de :
Annie Dautane est présidente de La Maison. Spécialisée dans les effets visuels numériques depuis douze ans, La Maison a toujours eu à coeu d’accompagner les projets aux ambitions visuelles innovantes. Le fantastique et la science-fiction étant des terrains de création visuelle privilégiés, La Maison a ainsi signé les effets visuels de nombreux films flirtant avec le genre, tels que Chrysalis de Julien Leclercq, Upside Down de Juan Solanas…

Annie Dautane a très tôt mené une politique de développement visant à favoriser l’émergence de réalisateurs s’exprimant dans ces domaines et aux univers fantastiques bien marqués, en coproduisant des courts-métrages tels que L’homme sans tête, de Juan Solanas, Judas de Nicolas Bary, (…) et actuellement EVE, d’Eric Gandois, court-métrage d’anticipation en 3D relief, en cours de fabrication.

Laurens Ehrmann superviseur d’effets visuels (VFX) nourrit depuis plusieurs années un intérêt particulier pour la création numérique. Après un premier emploi chez Animare, Laurens passera dix ans chez BUF Compagnie, comme graphiste puis Superviseur VFX. Sa filmographie inclus, entre autres, des films tels Harry Potter et la coupe de feu, United93, Silent Hill, Babylon AD, The Divide, Livide et X Men first Class. Laurens a rejoint PLUG, société d’effets visuels indépendante, début 2009. Il gère aujourd’hui l’ensemble de la supervision des productions. Qu’il s’agisse de challenge artistique ou technique, Laurens se passionne pour toutes les questions relatives à l’optimisation des processus de fabrication..

Damien Maric est un concepteur et superviseur d’effets visuels (VFX). Il a également été réalisateur et scénariste de diverses oeuvres audiovisuels. Il est co-fondateur de la société WIP Studio, de la société d’édition OVERLOOK PUBLISHING, OVERLOOK PICTURES et du groupe OVERLOOK. Il est le réalisateur de la web série à succès La dernière série avant la fin du monde (7 épisodes de 5 minutes diffusés en décembre 2012). La dernière série avant la fin du monde : Laverne, Hoagie et Bernard, trois geek à peine plus barrés que la moyenne, le regard tourné vers les mondes imaginaires, tous les 3 sont des habitués du Dernier Bar avant la Fin du Monde. Ensemble, ils vont sauver le monde ! Enfin peut-être…parisfx iledefr

rencontretaboada

Carlos Enrique Taboada (Más negro que la noche).

LA PEUR EST-ELLE PLUS FÉMININE OU MASCULINE ?
AU GRAND HÔTEL & SPA, SALLE FANTASTIC’ART

La peur est née le jour où naquirent les jours, l’orgueil et l’impatience. Elle est consubstantielle à l’homme, et principalement à ce qu’il ignore de lui et de l’univers. En ce sens l’humain crain ce qu’il ne connaît pas, ce qui ne naît pas avec lui, ce qui est étranger à son savoir. La plupart de nos peurs ne nous appartiennent pas, elles proviennent de celles et ceux qui nous les transmettent à l’instar d’un virus, même
si par le jeu d’une schizophrénie galopante, ces autres ne sont qu’un nous-même ignoré ! Le lieu de la peur est le coeur, siège des émotions, et la raison, royaume de l’inconscient et de l’irrationnel. Le temps de la peur est celui du mal qui s’exerce, l’énergie de la peur est le doute qu’elle sème jusqu’à la terreur, là où l’effroi glace la féminine création. La femme sait le divin, l’homme la fin. La grâce naturelle produit en elle une intuition qui lui permet de connaître, dans le merveilleux comme dans le hideux, le cours des choses. La peur originelle d’Adam est la conscience de s vulnérabilité dénudée, sans corps de gloire, devenant ainsi soumis au corps de chair; d’imputrescible il devient putride et introduit le suaire dans l’imaginaire. Depuis, telle une reine en son ventre, la peur apprend à l’éternité les frontières de ses faiblesses. L’Eve qui attend l’ave, ne connaît l’angoisse qu’en parturiance, sachant l’incarnation mère de toutes les peurs et d’une coupable culpabilité. Les déesses mères de l’antiquité s’effacent au bénéfice d’eaux féminines qui irriguent, d’une âme enceinte d’espoir, le monde à venir. La femme devient peu à peur, chair, mort, guerre et vie, … l’éternité d’un genre.

Bruno Barde